Vœux à la population 2018

Merci à vous tous d’être venus aussi nombreux, malgré les vacances scolaires, à cette traditionnelle cérémonie des vœux. Je suis très honoré d’avoir autant de personnalités présentes à cette première de l’année qui ouvre le ban du moins sur le secteur de notre Communauté de communes, même s’il nous manque Mr le Sous Préfet bien entendu excusé, ainsi que notre Députée Fabienne Colboc qui avait pris des engagements dans une autre commune de la circonscription. Cérémonie qui est d’abord une occasion de rencontre, d’échanges et de convivialité, mais qui est aussi l’occasion de dresser un bilan très résumé de l’activité municipale de l’année écoulée, de vous livrer les projets de l’année qui commence, de vous donner des informations ou de vous faire des recommandations, de vous faire passer aussi quelques messages, je n’y manquerai pas, d’adresser enfin des remerciements et de vous présenter mes vœux. 

Avant de suivre ce plan, j’aurais pu aussi commencer en abordant comme je le fais souvent des sujets récurrents qui fâchent et vous parler par exemple des incivilités diverses et tellement variées, des animaux errants, des dépôts sauvages dans la nature, des gens du voyage, du manque de respect que je pourrais accommoder à beaucoup de sauces, des plaintes diverses etc, etc… 

J’aurais pu aussi comme chaque année ou presque depuis quelque temps, évoquer mes propres revendications concernant la baisse des dotations d’état, j’aurais pu évoquer la prolifération des normes. Rassurez-vous, je ne le ferai pas ; ah ben si trop tard, je l’ai fait ! mais je veux dire que je n’épiloguerai pas, quoique… ! 

Alors reprenons dans l’ordre et revenons sur l’année 2017 qui vient de se terminer. Vous dire d’abord qu’elle aura été pour moi beaucoup plus calme est un doux euphémisme. Vous en connaissez la raison, elle s’appelle Pontourny qui en 2016, excusez-moi l’expression, m’aura bien « pourri la vie » ; alors évacuons de suite et rapidement ce sujet en vous disant que les locaux ont été vidés de leur contenu et qu’ils attendent d’être un jour réoccupés. Comment ? par qui ? pour quoi ou pour qui ? quand ? 

2 Je n’ai toujours pas à ce jour de réponses précises et sûres à ces questions. Je vous dirais simplement que s’il y a réutilisation de cette propriété un jour, ce que j’espère bien sûr au plus vite pour l’intérêt de ce patrimoine, ce ne devrait pas être pour un dispositif sujet à contestation ou à polémique et cela suffit aujourd’hui, vous dire à mon bonheur, n’exagérons rien , mais du moins à me rendre un peu de sérénité et plus de tranquillité. Mais vous avez bien entendu, j’ai pris la précaution d’utiliser le conditionnel ! 

Je peux toutefois vous dire qu’une négociation est en cours avec de bonnes chances d’aboutir semble-t-il, avec la fondation Léopold Bellan (c'est-à-dire pour tout le monde ici le château du Vélor ) pour une occupation transitoire des lieux pendant la durée des travaux autour du château dont je vous avais longuement parlé l’an dernier. Ce serait dans un premier temps une très bonne solution à laquelle je suis personnellement très favorable. 

Alors moins obnubilé par Pontourny, le Conseil municipal a pu travailler sur les réalisations suivantes : d’abord la petite salle des fêtes a été entièrement restaurée sur ses quatre façades aux enduits et aux pierres de ce tuffeau de Touraine si particulier et, avec sa toiture entièrement refaite, ce bâtiment si utile a retrouvé une seconde jeunesse et une belle allure. 

Toujours dans le souci de faire des économies d’énergie, des travaux d’isolation thermique ont été entrepris, dans plusieurs bâtiments communaux, en particulier les portes et fenêtres de la façade principale de la mairie qui étaient en bois ont été changées par des ouvertures en aluminium. Pour répondre aux normes d’hygiène, des travaux de faïence ont été faits à la cantine. 

Dans le domaine de la voirie, en attendant la réfection de l’enrobé qui sera refaite au printemps prochain par le Conseil départemental, des trottoirs ont été aménagés rue de la Buissonnière afin de capter et d’évacuer principalement les eaux pluviales qui stagnaient souvent du côté sud. Les routes des puys du Pérou et d’Isoré allant sur le Néman ont également été refaites en enrobés à froid. 

3 A l’initiative du Conseil municipal des jeunes et de la commission espaces-verts de nouveaux mobiliers urbains, bancs, tables, jardinières, poubelles ont été installés dans le centre-bourg aux alentours de la mairie, des écoles et également sous les cèdres. 

Pour trouver de nouvelles recettes et tenter de répondre aussi à des souhaits de construction de maisons d’habitation sur la commune, le Conseil municipal s’est lancé dans une démarche consistant à trouver des espaces fonciers constructibles en réutilisant notamment des espaces verts dans les anciennes cités EDF, comme cela a été le cas dans les cités des Roches, des Saules, du Vélor de la Roche Honneur, des Tilleuls ainsi que sur l’ancien terrain de jeux du lotissement des Pièces et dans la rue Eugénie Grandet. Cette décision a parfois contrarié les riverains, nous en sommes conscients, mais il en allait de l’intérêt général. Elle a été prise en considérant l’attractivité de notre commune comme l’occupation des 67 logements du lotissement de Val Touraine Habitat en est la preuve puisque toutes les parcelles dédiées à la construction ont été vendues et tous les logements locatifs sont occupés, y compris ceux du programme losange pour les agents de la centrale. 

Concernant l’environnement, le jury régional a reconduit les deux fleurs qui récompensent l’investissement que nous consacrons au fleurissement de notre commune et le travail de l’équipe des services techniques qui ne manque pas d’idées comme en témoignent certaines réalisations qui sont le fruit de son imagination à l’exemple de ce vieux pressoir récupéré et restauré qui a trouvé sa place dans la rue du Véron au bord des vignes dans un décor minéralisé. Le jury a conclu le rapport de sa visite en citant bien entendu plusieurs points à améliorer que nous allons intégrer, mais aussi en reconnaissant je cite : « un fleurissement en pleine terre et abondant, des arbres d’envergure remarquables, un renouvellement du mobilier urbain, une démarche du développement durable bien amorcée, l’enfouissement des réseaux à chaque rénovation de rue, une mise en valeur du petit patrimoine, des entrées de ville réussies et la propreté de la commune ». Voilà qui fait plaisir ! 

4 Sur le plan scolaire, en dehors des investissements informatiques, tant en maternelle qu’en primaire, la nouvelle équipe de la cantine s’applique à proposer aux enfants des menus variés et équilibrés, avec l’organisation occasionnelle de repas à thème ; elle a de plus mis en place une politique anti-gaspi dans le cadre d’un groupe de travail constitué de la chambre d’Agriculture, de la Région, du Parc Naturel et du collège d’Avoine. 

Le fait d’équilibrer au mieux les repas, d’adapter la quantité à l’appétit de l’enfant et d’instaurer la pesée quotidienne des restes par les élèves permet de réaliser de belles économies qui permettent de financer ainsi l’achat de produits locaux et de plus en plus « bio ». 

A noter aussi dans l’environnement de la cantine, de l’autre coté de la rue, la réfection totale intérieure de la Cité de la Fabrice par son propriétaire Val Touraine Habitat qui rétrocèdera la voirie et l’éclairage public à la commune dès la fin des travaux. 

Mais je ne peux pas tourner la page de cette année sans revenir sur les événements climatiques de la fin du mois d’avril ; le gel qui a sévi plusieurs nuits a fait beaucoup de dégâts sur notre vignoble en particulier. J’ai rencontré et échangé dans les jours qui ont suivi avec tous les viticulteurs de la commune qui a été la plus touchée de toute l’aire de notre appellation. Le préjudice qui n’est plus une estimation puisqu’il a pu être constaté dans les cuves après la vendange est de l’ordre de 30 % à 40 % pour certains mais hélas il monte jusqu’à 80 %, voire 90 % pour d’autres. Après quatre années difficiles où la profession a déjà été confrontée à d’autres gelées ainsi qu’à de la grêle puis à la sécheresse en 2015, la situation est grave et très inquiétante pour quelques exploitations, car la baisse de production et de stock a grandi, et elle pourrait s’avérer catastrophique si jamais la récolte de cette année à venir n’était pas au moins normale en quantité et en qualité. 

5 Pour tenter de prévenir et contrer ces phénomènes météorologiques, les viticulteurs cherchent des solutions. La configuration de notre vignoble principalement situé sur nos coteaux ou sur nos plateaux, loin de toute source d’eau ne permet pas d’utiliser la technique d’aspersion, pourtant probablement la plus efficace. Le brûlage est difficile à mettre en œuvre et il présente beaucoup d’inconvénients. Reste l’implantation de tours anti-gel fixes ou mobiles dont l’efficacité est certes limitée en surface mais elle reste néanmoins intéressante. Deux ont fonctionné pour la première fois pendant cette période sur notre commune. Ces tours en fonctionnement génèrent malheureusement il est vrai une nuisance sonore qui ressemble au bruit d’un hélicoptère. Leur installation doit faire l’objet d’une déclaration préalable en mairie. 

Malgré cet inconvénient, considérant l’enjeu économique pour toute la profession et eu égard à la nuisance de quelques heures de fonctionnement par an, dans le pire des cas, je vous informe que je donnerai un avis favorable à des demandes d’installation s’il y en a, en espérant surtout que dame nature soit beaucoup plus clémente cette année et les années prochaines et dans l’espoir qu’elles ne servent pas. SI hélas cela n’était pas le cas, je vous remercie à l’avance de bien vouloir faire preuve de compréhension et de tolérance. 

Abordons maintenant les projets de la nouvelle année. 

Et commençons d’abord par le projet d’aménagement du centre-bourg dont je vous avais parlé l’an dernier et qui va s’étaler sur deux à trois ans. Il consiste d’abord en la construction de 14 logements sociaux construits par Touraine Logement en lieu et place de la partie haute des anciennes écoles primaires en front bâti de la rue du 8 mai, derrière l’alignement des tilleuls qui seront sauvegardés à la demande de l’architecte des Bâtiments de France. Vous le savez cette décision est le fruit d’une consultation des personnes les plus âgées de la commune réalisée au cours du mandat précédent qui avait fait ressortir un souhait pour certaines d’entre elles, seules ou en couples, de vouloir quitter leurs maisons devenues inadaptées, car trop grandes avec souvent des corps de bâtiment devenus pour eux difficiles à entretenir et souhaitant par ailleurs se rapprocher des commerces et des services. 

6 Bien sûr construire à cet endroit signifie prendre sur les emplacements de stationnement qui servent aujourd’hui aux parents qui viennent déposer ou rechercher leurs enfants aux heures d’entrée ou de sortie de classes. Il nous faut donc prévoir du stationnement ailleurs et ce sera pour une partie entre la petite salle des fêtes et l’école primaire, pour les parents des enfants du primaire. Après la construction des logements il restera encore un espace au sud de l’école maternelle qui lsera plus particulièrement destiné aux parents des petits de cette école dans un aménagement paysager. Enfin le projet prévoit aussi toute la réfection de la voirie de la rue du 8 mai entre le rond point de la Roche Honneur et l’église, rue qui sera limitée à 30 à l’heure avec des aménagements appropriés. 

Dans le phasage, les premiers travaux d’aménagement de places de stationnement devraient commencer au printemps pour être prêts à la rentrée scolaire prochaine et les travaux de construction des logements devraient commencer en septembre pour durer une petite année. S’enchaineront ensuite les travaux de la deuxième zone de stationnement et de la rue du 8 mai. 

Un autre chantier débutera prochainement, c’est celui de la construction de nouveaux vestiaires au stade de foot. En effet depuis l’an dernier et l’accession de l’équipe première du club en deuxième division départementale, les dimensions du terrain n’étaient plus aux normes et les vestiaires plutôt vétustes devenus obsolètes. Un nouveau bâtiment comprenant deux vestiaires, un vestiaire pour arbitre et des sanitaires sera donc construit au nord du club-house. Nous en profiterons aussi pour refaire l’éclairage. 

Dans le deuxième semestre, commenceront des travaux d’enfouissement des réseaux, puis de réalisation de trottoirs, de la récupération des eaux pluviales et de la réfection de la voirie dans les rues du Gros Four et de la Villette ; ils s’étaleront sur deux à trois ans. Pour répondre aux normes de sécurisation des réseaux électriques aériens, les derniers fils nus encore existants sur la commune seront remplacés par des fils torsadés, ce qui occasionnera quelques changements de poteaux et donc des travaux dans les rues des Granderies, de Danzay, d’Isoré et du Colombier. 

7 Bien conscients d’une augmentation du trafic routier dans le secteur des rues de Gogué des Fromentaux et de Détilly particulièrement, nous étudierons la mise en place de dispositifs ou de signalisations destinés à faire comprendre à ceux qui empruntent cet itinéraire bis que le gain de temps d’une à deux minutes escompté par cet itinéraire ne justifie pas l’emprunt de petites voies communales étroites qui ne seront jamais ni complètement sécurisées ni entièrement sécurisantes comme peuvent l’être les routes départementales. Sur ce point d’ailleurs, la mesure la plus efficace sera de solliciter à nouveau et plus encore s’il le faut, le concours des agents de la police municipale de Chinon que je remercie, pour effectuer des contrôles régulièrement dans ce secteur dans le cadre de la convention qui nous lie désormais. 

Maintenant, comme vous avez pu en prendre connaissance dans le bulletin municipal qui vient d’être distribué, je voudrais évoquer le délicat sujet du ramassage des ordures ménagères. Le mode de collecte va en effet évoluer à compter du 1er janvier 2019. Reconnaissons tous que la collecte actuelle par des sacs déposés directement par terre dans les rues devant chez vous n’est ni très moderne, ni très hygiénique. 

Ajoutons-y les conditions dans lesquelles les agents les ramassent, comme ils les trouvent, bien souvent éventrés, les prennent, les soulèvent et les jettent dans la benne et vous comprendrez les nombreux arrêts de travail des personnels souvent transformés en accidents de travail pour des douleurs ou des traumatismes musculaires, pour des coupures ou pour des infections. Aussi vous pouvez deviner que les entreprises spécialisées ne sont plus très motivées pour répondre aux appels d’offre dans ces conditions sauf à en augmenter considérablement les coûts qui seraient bien sûr aussitôt répercutés sur les ménages. 

Aussi le syndicat en charge de la collecte dans tout le Chinonais a-t-il fait le choix de la conteneurisation. Pour environ 80 % d’entre vous, chaque famille sera dotée d’un conteneur qui lui sera fourni et dont elle aura la responsabilité et l’entretien. 

8 Par contre pour toutes les familles qui habitent des rues dans lesquelles le camion ne pourra pas passer ou faire demi-tour, celles qui sont étroites, limitées en tonnage, sous cavées ou en impasse, il y aura des emplacements réservés situés parfois à quelques dizaines voire centaines de mètres de votre habitation qui serviront de points de regroupements de conteneurs collectifs plus volumineux. Et là j’entends déjà vos réactions et vos questions, les mêmes que ce sont posées les habitants concernés là où ces mêmes mesures de changement ont déjà été prises. Comment feront les personnes âgées en manque d’autonomie ? qui devra nettoyer ces conteneurs ? quand devra-t-on déposer les sacs ? Etc. Il y a des réponses à ces questions ; elles vous seront apportées secteur par secteur dans le courant de l’année. Nous avons encore une année devant nous avant la mise en œuvre pour laquelle je vous demande là encore de bien vouloir faire preuve de compréhension et de considérer l’intérêt général. 

Venons en maintenant à un tout autre point qui concerne l’organisation de la semaine scolaire. Même si vous n’avez plus d’enfants scolarisés en maternelle ou en primaire, vous avez tous été probablement plus ou moins concernés et vous avez tous suivi ce feuilleton qui a alimenté bien des conversations depuis la sortie du décret du 26 janvier 2013 organisant le cadre général d’une semaine scolaire sur neuf demi-journées et qui a conduit à l’élaboration d’un Projet Educatif de Territoire que nous avions signé entre les quatre communes du Véron. 

L’an dernier, le nouveau gouvernement a donné la possibilité aux communes qui le souhaitaient, sous condition d’un accord conjoint entre la municipalité et les Conseils d’école, de déroger à cette organisation en répartissant la semaine sur huit demi-journées et sur quatre jours. C’est le décret du 28 juin 2017. Concernant notre commune, nous n’avons pas eu d’accord commun avec le Conseil d’école ; il est vrai que la municipalité était plutôt favorable au retour à quatre jours mais uniquement par soucis de cohérence territoriale avec les communes d’Avoine et Savigny et pour des raisons pratiques de transport scolaire que j’avais argumentées auprès de Mr le Directeur d’Académie. 

9 Je dois vous dire et j’ai eu l’occasion de m’en expliquer très sereinement depuis avec Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale qui est excusée ce soir, et avec laquelle nous sommes bien en phase, que je n’ai pas apprécié la réponse sèche et brutale de Mr le Directeur d’Académie m’informant par un message on ne peut plus laconique deux heures avant la sortie des classes le dernier jour d’école, qu’il suivait l’avis du Conseil d’école. Autrement dit, « les écoles d’Avoine et Savigny passeront à quatre jours et Beaumont restera à quatre jours et demi », débrouillez-vous, c’est votre problème ! Voilà en tous les cas comment j’ai clairement ressenti sa réponse ! 

Aussi, puisque la question peut être à nouveau posée pour la rentrée scolaire 2018-2019 j’ai récemment demandé à la présidente des parents d’élèves qui ne pouvait être là ce soir mais je sais qu’elle est représentée par une bonne délégation, d’organiser la consultation des parents via les Conseils d’école en précisant bien que je suivrai tout simplement leur avis, à condition qu’il soit bien représentatif et donc majoritaire, puisque contrairement à ce que l’on a pu entendre ou lire l’été dernier dans tous les médias, ce n’est pas forcément l’avis des municipalités qui est pris en compte, en tous les cas cela ne l’a pas été à Beaumont en Véron ! 

Alors je me permets simplement de poser deux questions : la première : que devient notre Projet Educatif de Territoire ? et la seconde surtout : où est dans tout cela l’intérêt de l’enfant ? Et j’ajoute que je pense qu’il vaudrait beaucoup mieux repenser totalement notre système éducatif ….qui en a bien besoin ! 

Quelques mots maintenant de notre communauté de communes qui vient de prendre ses quatre ans et qui après avoir accueilli les communes d’Anché et de Cravant au 1er janvier 2017, a vu depuis quatre jours la commune de Chouzé sur Loire traverser le pont de Port-Boulet (intellectuellement bien sûr) et venir nous rejoindre, voyant ainsi ses vœux exaucés suivant des souhaits exprimés depuis quelque temps déjà, considérant et je suis d’accord avec cette analyse que nous sommes bien dans le même bassin de vie. Je lui souhaite en tous les cas la bienvenue en saluant son maire, Gilles Thibault qui est devant moi. 

10 Forte de ses 19 communes donc aujourd’hui et de ses quelques 24 000 habitants, notre communauté s’organise en s’appuyant en particulier sur un schéma de mutualisation avec la ville de Chinon. Après le regroupement dans un service commun des ressources humaines, des finances, de l’informatique, un travail consistant à regrouper les services techniques est en cours déjà bien avancé et une réflexion est également amorcée concernant la mutualisation de l’instruction du droit des sols. Je pense qu’il faut avancer et aller dans ce sens, mais sagement et sans précipitation. Pour réussir une telle opération, il nous faut, je devrai dire plutôt il nous faudra la durée du mandat pour que les choses deviennent vraiment opérationnelles. Je souhaite par contre personnellement que l’on arrête les réformes institutionnelles incessantes depuis quelque temps et que l’on fasse une pause, même s’il y a des incohérences, dans les schémas du mille-feuilles de nos institutions, sauf en cas d’accords très volontaires et très partagés concernant le regroupement éventuel de collectivités. Car beaucoup de nos concitoyens ont bien du mal à s’y retrouver. 

Je voudrais maintenant vous emmener, mais juste un instant, rassurez-vous, à Paris et vous parler de ma visite à l’Elysée. Oui j’ai bien fait partie de la quinzaine de maires de notre département parmi les 15 000 maires de France invités à la réception de Monsieur le Président de la République à l’occasion du 100ème congrès des maires de France et auquel je participais exceptionnellement cette année. Je remercie d’ailleurs celles ou ceux qui m’ont proposés sur la liste et qui sont d’ailleurs probablement ici ce soir devant moi. 

Cette belle opportunité m’a permis de franchir les grilles de ce Palais, d’entrer dans cette cour et de gravir ce perron où sont accueillis tous les chefs d’Etat du monde entier, et de découvrir les salons des réunions et des réceptions du rez de chaussée. J’ai eu, mais c’est par chance, tellement ils étaient sollicités, l’occasion d’approcher de près le Président ainsi que la Première dame de France, ainsi d’ailleurs que le ministre de l’Intérieur, se montrant tous les trois très disponibles. Cela restera pour moi un souvenir inoubliable que je peux un peu vous faire partager si vous le souhaitez car j’ai des preuves…. en photos sur mon portable. 

11 Pour autant le lendemain, comme mes collègues, j’étais rattrapé par la dure réalité, le Président ne faisant aucune concession en s’adressant aux maires de France, ne cédant en rien à leurs revendications financières, maintenant ses déclarations et ses intentions de baisser à nouveau les dotations d’Etat aux collectivités, confirmant la suppression de la taxe d’habitation, comme vous le savez tous et celle des prestations familiales pour les bailleurs sociaux et leur demandant, toujours aux collectivités, de freiner cette année encore leurs dépenses pour contribuer au redressement des finances publiques. 

Alors vous le comprendrez vous aussi, ce message augure d’une année budgétairement compliquée tant pour nos frais de fonctionnement que pour nos dépenses d’investissement. Voilà pourquoi comme je vous en parlais tout à l’heure, les collectivités essaient de trouver de nouvelles recettes ; la vente du patrimoine communal peut en être une, cela dépend de quoi il s’agit, la hausse des impôts locaux en est une autre que nous essayons pourtant d’ actionner le moins souvent possible, en pensant toujours aux contribuables que vous êtes. Je me permettrai seulement, pour conclure sur ce point, de dire que de telles mesures seront toujours difficiles à accepter mais elles le seraient peut-être un peu moins difficilement si l’exemple venait d’en haut, ce qui ne me semble pas toujours être le cas lorsqu’il s’agit de devoir « se serrer la ceinture ». Je vous laisse vous-mêmes chercher des contre-exemples ; ce n’est pas bien compliqué ! 

Chaque année je réserve un passage de ce discours à la vie associative intense de la commune, et si toutes les associations ont un rôle utile, c’est vrai que je cite souvent les mêmes, celles d’entre elles qui a mes yeux dépensent vraiment le plus d’énergie pour un intérêt général culturel, social ou économique. 

Pour éviter toute susceptibilité je ne parlerai cette année que de deux événements : le Blues d’Automne en Rabelaisie organisé par l’association des Cinquantièmes Rugissants qui bien qu’encore toute jeune fait son petit bonhomme de chemin, nous a proposé un beau festival et voit chaque année sa renommée grandir auprès des vrais amateurs de blues. 

12 Et je veux aussi remercier tout particulièrement l’Association des Fêtes pour son implication dans l’organisation du spectacle de l’Année Rabelais sur notre commune. Avec un spectacle écrit tout spécialement pour l’occasion par les deux très bons comédiens Wally et Vincent Rocca, les spectateurs malheureusement pas assez nombreux ont bien fait fonctionner leurs zygomatiques et passé un vrai bon moment rabelaisien ; Comme l’aurait dit Jean Pierre Foucault, ce fut une sacrée soirée rehaussée par la présence d’une importante délégation de la confrérie des Entonneurs rabelaisiens de Chinon qui a tenu un chapitre exceptionnel ; ce qui ne peut donner que des regrets à ceux qui n’étaient pas là. 

Mais bien sûr je salue l’action de toutes celles et de tous ceux qui oeuvrent bénévolement tout au long de l’année que ce soit pour le bien de nos enfants, que ce soit pour le bien de nos ainés, bref, pour le bien des autres. 

Alors j’en arrive aux remerciements plus personnalisés et cette année j’avais prévu de m’adresser d’abord à Mr le Sous Préfet, mais je vous l’ai dit, il est excusé ce soir. J’aurais voulu lui dire sans flagornerie que depuis son arrivée, d’abord il n’avait cessé de me tenir au courant de l’avancée de « l’extinction progressive » de Pontourny, ce que j’ai beaucoup apprécié et surtout, parce qu’avec l’assistance de ses collaboratrices et ce n’est pas parce qu’il y parmi elles plusieurs bellimontoises, je me suis senti soutenu dans le difficile montage des dossiers d’aide au fonds d’investissement bien trop compliqués à remplir, à l’image beaucoup trop souvent de notre administration. 

Je le souligne car je regrette en effet que cette aide ne soit pas toujours le cas de tous les services de l’Etat. Et pourtant si je dois retenir quelque chose de positif du dernier congrès des maires, c’est bien un mot du ministre de l’Intérieur demandant aux Préfet d’être des facilitateurs auprès des collectivités et le lendemain, Mr le Président de la République enfonçait le clou en disant je cite : « je veux un Etat facilitateur de vos projets ». Et bien dont acte, Monsieur le Président et personnellement je saurais m’en souvenir ! 

13 Quant à vous, Mmes les Parlementaires je vous remercie plutôt par anticipation en vous demandant simplement si vous pouvez nous aider à répondre à mes vœux dont je ne doute pas qu’ils soient partagés par tous mes collègues maires, de tout faire en sorte pour que demain, nous ayons moins de normes pesantes et contraignantes et beaucoup plus de simplifications. 

Merci aux représentants de la gendarmerie (de la compagnie ou du PSPG) qui nous aident au quotidien dans des tâches souvent ingrates. J’en profite pour dire au commandant de compagnie, votre chef d’escadron, malheureusement absent pour des raisons de santé que je lui souhaite tous mes vœux de prompt rétablissement et je souhaite la bienvenue à la nouvelle capitaine qui vient tout juste d’arriver pour prendre le commandement en second. Soyez la bienvenue en Rabelaisie ! 

Merci aux représentants du SDIS et en particulier à l’équipe qui est intervenue la veille de Noel sur notre commune pour un incendie dans un garage qui aurait pu sans elle, prendre d’autres proportions. 

Merci à vous Mr le président de la Communauté de communes cher Jean-Luc et à tous les vice-présidents et élus communautaires. Notre travail n’est pas fini, d’ailleurs il ne l’est jamais, mais il avance bien et je pense en particulier à l’élaboration de notre plan local d’urbanisme intercommunal, mais je pourrai également citer l’agrandissement de la régie du service d’eau et d’assainissement ou les aides apportées aux travaux de rénovation du bâti ancien dans le cadre de notre opération programmée d’amélioration de l’habitat 

Merci à toute mon équipe municipale, les Adjoints et les Conseillers qui étaient encore tous là, bien présents à la dernière réunion de Conseil avant Noël. Merci à la Directrice générale et à tout le personnel communal, vous êtes tous des maillons de cette chaîne au service de nos habitants, dévoués à la cause du service public. 

14 Merci tout particulièrement à l’équipe des services techniques qui a réalisé le décor sur scène qui est devant vous et un grand merci à Bénédicte Bachet Conseillère municipale qui elle a réalisé cette fresque de Gargantua qui a séjourné pendant environ six mois de cette année Rabelais sur le rond point de la Roche Honneur, vous l’avez tous vue. 

Et merci enfin à l’Harmonie du Véron au grand complet dirigée par la baguette dynamique et énergique de Sophie Séjourné. 

Pour conclure, je vous demande chers amis de garder confiance, notre avenir sera ce que nous en ferons pour les représentants de la génération qui est là devant vous et pour les suivantes. Soyons résolument optimistes et espérons qu’avec la santé et la réussite de nos projets, nous gardions avec nos vignerons le souvenir d’un bon millésime 2018. C’est ce que je vous souhaite à tous, vraiment et très sincèrement. Merci de votre attention.

 

 

Reportage photo Benoît Gatefait

Dernière mise à  jour 25/01/2022